Virginie, la couleur en mouvement

La couleur accompagne Virginie, elle suit ses mouvements, qu’ils soient du corps ou de l’âme.

Dans son intérieur, dans les vêtements qu’elle porte ou sur son site internet, la couleur est essentielle, elle lui apporte tantôt de l’énergie, tantôt de la gaité ou du réconfort.

Pour répondre à son besoin de changement, Virginie a inventé une technique ingénieuse permettant de transformer rapidement la gamme chromatique de son séjour. Un mur gris perle, un canapé blanc, un tableau dans la même gamme et quelques meubles en bois naturel constituent un fond neutre stable qui accueille, au gré des saisons ou de ses humeurs, des objets colorés interchangeables, qui, par touches, vont donner l’esprit qu’elle veut insuffler.

Ainsi, en automne, des coussins rouges vont remplacer les coussins pastel de l’été. Aujourd’hui, un petit ensemble composé d’une bougie, de céramiques et de vases dans des tons vert eau et turquoise apporte une forme de sérénité à l’entrée. Une variante rose agrémentée de pierres orange et jaune a sa place dans la chambre à coucher, répondant à un mur dans la même tonalité. En hiver, Virginie changera probablement les housses du séjour pour introduire du bleu pétrole et du jaune moutarde. Pour la période de Noël, elle aime le doré; à Pâques ce sera sans doute un vert printemps. Tous ces objets nomades jouent tour à tour le rôle de tonique dynamisant ainsi l’atmosphère du lieu (*).


A gauche: un tableau réalisé par Virginie et son fils de 4 ans à l’époque

Si pour ces objets Virginie n’hésite pas à choisir des couleurs saturées, elle ne les porterait en aucun cas sur elle, préférant les tons pastel, des roses rompus, des blancs. Elle trouve les tons francs trop durs, trop violents sur elle; quand malgré tout une telle couleur trouve grâce à ses yeux, elle craint de s’en lasser ou ne pas pouvoir l’assortir.

Couleur ou absence de couleur? Quand il y a trois ans sa vie s’est écroulée, le blanc lui a permis de se retrouver, l’a aidée à se vider la tête, à faire le grand nettoyage de sa vie et à se reconstruire petit à petit; tout chez elle à l’époque était blanc: les rideaux, les draps, les objets, les murs, même le plancher! Avant ce séisme, Virginie, artiste et scientifique, avait déjà un long chemin d’apprentissage: six années de médecine, la pratique de la danse dans le milieu psychiatrique, et même, en 2009, une initiation à des connaissances ancestrales en Sibérie, l’amenant à créer « le mouvement conscient », un enseignement personnel de la danse, destiné à harmoniser le corps et l’esprit. Sans doute ces connaissances, cet apprentissage pour se connecter à son être profond, ont-ils permis à Virginie de puiser dans ses ressources personnelles pour recréer sa vie. Depuis un an, elle n’a de cesse d’affiner ses outils de connaissance de soi par le corps en mouvement, outils qu’elle souhaite mettre à la disposition du plus grand nombre.


A gauche: les peluches dans la chambre des enfants; à droite: quelle sera la couleur de la housse des coussins l’hiver prochain?

Dans les séminaires qu’elle propose, Virginie fait aussi appel à la couleur. Dans ce cadre, le livre de William Berton « La Couleur-Energie » lui est toujours d’une aide précieuse. Elle a adopté cette approche, cohérente avec la théorie des chakras, pour ce qu’elle peut apporter comme propositions de transformation aux participants. Parfois, un jeu de cartes de peintures abstraites colorées sert de support à la parole. Chacun peut se l’approprier, y voir son histoire, y apporter ses émotions, et trouver en soi les réponses à ses recherches du moment.


A gauche: bols aux cuillères interchangeables; à droite: jeu de cartes abstraites

Quoique née dans une famille athée, Virginie a exploré différentes formes de tradition spirituelle de part le monde, pour découvrir plus tard les traditions de chez nous, à travers l’enseignement christique. Tout est transformé pour s’intégrer à sa méthode « DanseC » une approche du mouvement par la dynamique des quatre éléments qui permet de rééquilibrer quatre grandes qualités de base de la personne: la stabilité (terre), la flexibilité (eau), la force (feu) et la spiritualité (air). En suivant les consignes, à l’insu des danseurs, les articulations s’assouplissent, les muscles se détendent, les fonctions vitales s’activent. Tantôt en force, tantôt en douceur, les participants laissent libre cours à leur créativité, dans la bienveillance installée par Virginie.


Les housses (réalisées par Virginie) pour l’équipement Aikido de chaque membre de la famille

En constante évolution, en observant l’impact des mouvements et le choix des musiques, Virginie entretient sa passion de l’humain et y trouve un plaisir infini.

(*) voir l’article « la tonique » de ce blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *