Lydwine Thibaut vous (re)mettra en scène

Lydwine Thibaut aime le rouge. Non que le rouge soit sa couleur préférée, mais c’est pour elle la couleur la plus dynamique, la plus vivante. C’est aussi la couleur dominante sur son site « cocorico » où, avec toute une équipe, elle propose des services d’aide à la recherche d’un travail qui ait du sens. Lydwine ne conçoit pas la vie sans couleur ni sans beauté. Les lieux qu’elle investit pour proposer les séminaires d’accompagnement doivent être harmonieux, le seul critère économique ne lui suffit pas, au grand dam de communes qui proposent gratuitement des lieux sans âme. Son site, le matériel didactique, les CVs que vous réaliserez avec elle, tout doit être visuellement beau. Est-ce un critère de succès? Lydwine n’en sait rien, elle sait seulement que ça lui fait plaisir et que cela contribue à une énergie positive indispensable pour sa vie et que, jusqu’à preuve du contraire, elle estime bénéfique pour les personnes qu’elle accompagne.

Un souvenir coloré?
En première secondaire, vers 12 ans, j’ai eu une envie de chaussures rouges. Je les aie eues, et depuis, j’ai toujours dans ma panoplie une paire de chaussures rouges.

Ta couleur préférée?
Sans aucune hésitation le jaune! Elle représente pour moi la lumière. J’ai toujours besoin de jaune. Mais c’est une couleur qui ne va pas à tout le monde. D’ailleurs je n’en porte jamais, si ce n’est ce bijou jaune. Un tibétain torturé par des chinois l’a fabriqué; je le lui ai acheté pour le soutenir et pour posséder un petit objet de ma couleur préférée.
Quel est le rôle de la couleur?
La couleur contribue à la communication non verbale. Quand je travaillais comme scénographe, la couleur des costumes de chaque personnage s’imposait à moi comme une évidence. Elle agit sur le spectateur de manière inconsciente. Je n’ai jamais consulté de dictionnaire de symboles ni de documentation pour savoir quelle couleur choisir, je le faisais d’instinct, mais j’imagine que ma formation en histoire de l’art m’a permis d’assimiler des connaissances que j’ai par ailleurs intégrées en écoutant leur résonance par rapport à ma propre sensibilité.

L’art comme source d’inspiration?
J’ai trouvé les couleurs de mon prochain intérieur dans des reproductions de tableaux de David Hockney et de Bhupen Khakhar, une harmonie mexicaine. J’adore regarder des oeuvres d’art. Quand j’ai une insomnie, je feuillette des reproductions et bientôt je retrouve le sommeil.

Dans le lieu de vie que Lydwine partage avec des amis musiciens, comédiens, artistes, artisans, Lydwine a créé un mini salon bleu devant sa chambre, une petite cabane en bois qu’elle a construite elle-même, dans ce grenier, tout comme l’ont fait ses co-locataires. Dans les lieux communs, y compris la salle de musique — une pièce insonorisée — le bois naturel donne le ton. Quelques petites touches de couleur sont mises en évidence par cet ensemble neutre, sobre mais chaleureux. Ce qui a décidé Lydwine à rejoindre ce projet communautaire, c’est l’envie de CONSTRUIRE son habitat et son goût pour la musique. Fréquenter des gens différents, ambitieux, créatifs et par ce biais découvrir des domaines qui sont lui sont étrangers, stimule sa créativité et nourrit sa vie.

Le site cocorico de Lydwine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *