Emma, la couleur en question

Emma pense la couleur. Ces choix colorés ne sont jamais anodins.

Le jour où je l’ai rencontrée, elle était vêtue de jaune et de bleu marine, un jaune pâle audacieux et un bleu marine bien sage. Une association totalement assumée: Emma aime le bleu marine. Avec du blanc, il tombe dans le cliché bateau. Tout seul, il crée une distance. Mais avec le jaune, Emma souhaite transmettre son énergie et son intention d’entrer en communication.

Emmanuelle Girod
Emmanuelle Girod

Transition

Emma vit une transition professionnelle. Docteur en biochimie, après des années dans la recherche en Écosse, Emma vit en France.

A vrai dire, un accident cardio-vasculaire l’a amenée à repenser sa vie. Sa formation la guiderait naturellement vers le milieu médical par la voie allopathique. Son accident cérébral lui a cependant soufflé une autre voie. Après ses années de spécialisation, elle souhaite plus d’ouverture, car selon elle l’expertise peut enfermer.

Selon Emma, en occident, avec le développement de la médication, on soigne souvent le symptôme et non la cause; on ignore le message du corps. Chez elle c’était un conflit intérieur. Déchirée par son désir de super-épouse-maman  et de chercheuse de haut-niveau, à 200% dans ces deux rôles, elle se sentait toujours insatisfaite et coupable quand elle se donnait à l’un et pas à l’autre, tout en ignorant ses propres besoins.

Pour qu’elle réalise enfin ce dysfonctionnement, son corps la prive temporairement de la vue. Comme si, pour l’obliger à voir à l’intérieur, son corps l’empêchait de voir l’extérieur. Cette expérience l’amène à une réflexion sur la notion de soin et la médecine qu’elle souhaiterait plus préventive que médicamenteuse, plus responsabilisante, moins dogmatique, et moins coûteuse à la communauté. Comment exploiter notre potentiel de guérison si clairement démontré par l’effet placebo?

Et dans le cadre d’une nouvelle conception de la médecine, Emma pense aussi à la couleur.

Couleur et santé

Quels lieux sinon les hôpitaux mériteraient plus de couleur? Les murs blancs sont froids et impersonnels. La couleur, c’est la vie. Amenez la couleur à l’hôpital et pulvérisez l’idée de fin de vie qui y est souvent associée. De la couleur pour se reconstituer, pour apporter un peu de chaleur et pour tenir compagnie.

Le projet  « panser autrement » inspire Emma; les infirmières y arborent des blouses blanches joliment brodées et la fantaisie s’installe dans les chambres. Dans ce projet, on range les bas de rétention blancs au placard, et on sort des bas aux couleurs fluo.

Pour les enfants, Roxane Andrès, à l’origine du projet “panser autrement”, a conçu des bandes de soin colorées et imprimées de dessins dont les motifs changent de couleur au contact de la chaleur corporelle.

Cette manière ludique d’apporter de la joie et de nouvelles ressources aux patients, petits et grands, rappelle le projet d’Hélène Mauri, photographe à qui j’ai consacré un article.

Couleurs dans les espaces de travail

La couleur agit sur notre état d’esprit; si l’on est morose, une pièce claire et colorée nous attirera vers des sentiments plus gais. De fait, dans les pays du sud, en imposant aux veuves de porter du noir très longtemps, on accentue leur tristesse. 

Dans l’espace de co-working où elle passe quelques journées pour élaborer son projet professionnel, Emma apprécie les touches de rouge, discrètes mais bien présentes. Elles lui donnent du tonus et l’envie de passer à l’action. Mais point trop n’en faut: trop de rouge et on est dans l’hyperactivité.

Une touche de rouge dynamis
Une touche de rouge dynamise

De manière générale, pour l’inciter au travail, la formule qui consiste en quelques éléments de couleurs vives dans un ensemble relativement neutre lui semble idéale. Elle se sent bien aussi dans ces espaces où domine l’orange: il confère une chaleur et lui semble propice aux échanges, aux activités collectives. 

Couleurs à la maison

Séjour
Dans le séjour la couleur s’exprime notamment par les plantes, les fruits, les meubles et les mots

Si dans le lieu de travail les touches de couleur doivent rester raisonnables, chez elle, aucune de raison de se limiter: c’est un festival de couleurs! Elles donnent envie de bouger, de s’éclater, de s’amuser.

L'escalier très coloré donne envie de bouger
L’escalier très coloré donne envie de bouger

Dans certains endroits de la maison cependant, elle apprécie le violet et lui attribue un pouvoir calmant.

Le violet apaise
Couleurs apaisantes

Couleur et voyage

Emma et son mari adorent voyager: aucun continent n’a échappé à leur désir de découverte d’autres cultures et de paysages. Leur petit garçon Titouan porte par son prénom un hommage à l’artiste-navigateur Titouan Lamazou. Aussi le couple a plongé leurs enfants dans le voyage dès leur plus jeune âge; au fil des ans, un mini-bus aménagé, un bateau, une pirogue, ou plus classiquement un avion emmène la famille aux quatre coins du monde.

Les voyages sont de vraies rencontres; le couple tient à entretenir des liens, par exemple en soutenant des associations impliquées dans des projets, comme cette association à Madagascar qui aide les mères et leurs enfants à poursuivre leur cursus scolaire . En Papouasie, la famille participera à la vie commune d’un village et apprendra même le batik, une technique d’impression de tissus.

Souvenirs de voyage et création de Clémence
Souvenirs de voyage de part et d’autre d’une couronne de fleurs réalisée par Clémence

Chaque voyage est l’occasion de questionner la couleur. En Inde, Emma remarque que seules les femmes citadines arborent des roses fuchsia; rien de tel à la campagne ou à la montagne.  Les couleurs vives semblent réservées aux citadines, ce qui ne semble pas être le cas au Népal.

En Indonésie, c’est l’infinie variété des couleurs et des formes dans l’artisanat, les broderies, les tissus, qui fascinent Emma. Elle y découvre les subtiles nuances apportées par la transparence des fils tissés.

Du désert, Emma revient avec la couleur des ombres: l’indigo qu’elle retrouve dans l’habit traditionnel des habitants du désert.

L’essor économique entraînerait-il la perte du lien à la couleur dans nos sociétés modernes? Cette réflexion la traverse après leur visite d’Ushuaïa , en terre de feu, à l’extrême pointe de l’Argentine. Si un toit en tôle ondulée suffit aux modestes habitations, de riches harmonies de couleur décorent les intérieurs. Dans ce climat rude, l’expression colorée dans les vêtements est également éblouissante.

Bois et Textile
Textile
Bois de France et textiles du monde pour une décoration harmonieuse

Education-transmission

Devant le défi écologique actuel, Emma préfère à l’approche pessimiste et culpabilisante une approche consciente.

Ses enfants, elle les souhaite acteurs de leur vie. Dans la maison, le premier niveau leur appartient: ils ont carte blanche pour la décoration. Coloristes déjà affirmés, leurs réalisations apportent joie et fraîcheur.

La poule le la housse de couette contemplant une réalisation de Clémence
La poule de la housse de couette contemplant une réalisation de Clémence
Les talents de coloristes s'expriment déjà
Les talents de coloristes s’expriment déjà

Par le biais de ses créations leur grand-père ébéniste est quant à lui présent à tous les niveaux de la maison: les meubles de la salle de bain, le berceau, les jouets, la brouette, les petits bureaux, etc. Pour Emma, c’est une autre manière de transmettre.

Son projet, ses rêves

Aujourd’hui, sa vie est plus équilibrée. Métier, famille, société, chaque entité nourrit les deux autres et lui permet d’être pleinement dans le moment présent. La structure dans laquelle elle évolue en tant que salariée s’inscrit dans l’économie sociale et solidaire; elle offre un accompagnement aux porteurs de projets et aux associations répondant à une problématique sociale.

Mais son rêve serait d’ouvrir d’ici deux ans, à proximité de son village, un tiers-lieu rural , espace de vie, laboratoire d’idées et de partage associé à un espace de co-working. Elle y verrait un espace café, un autre proposant une restauration basée sur des produits locaux, la vente de produits bio, et un espace d’expression. Ce serait également un lieu d’échanges transgénérationnels, de ressourcement et découverte des talents du cru. Bref un projet “Transition” pour valoriser les richesses du territoire et créer du lien. Elle cherche des associés dynamiques prêts à porter avec elle ce beau projet.

Dans le futur tiers-lieu il y aura un espace de restauration basée sur les produits locaux, comme à la maison
Dans le futur tiers-lieu il y aura un espace de restauration basée sur les produits locaux, comme à la maison
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 commentaires sur “Emma, la couleur en question”

  1. Bonjour,
    Votre annonce me parvient via une amie. Avez-vous dejà fixé la région où votre rêve de lieu rural verra le jour? Je suis potentiellement intéressée si c’est assez proche …
    N’hésitez pas à me contacter
    Farida

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *